Constance a commencé Le Livre à écrire à la mort de son mari, sous l’impulsion de sa sœur Marie. Mais submergée par la douleur, elle arrête d’écrire et se réfugie dans la boisson. Ce n’est qu’à la mort de cette petite sœur tant chérie qu’elle reprend l’écriture,  pour tenir sa promesse, pour percer à jour une douloureuse histoire familiale et pour faire son deuil, ses deuils.

Grâce à ce témoignage émouvant, dans lequel elle parle ouvertement de « ses morts », l’auteur a réussi à traverser l’étape du deuil. Mais elle permet aussi à chacun des lecteurs de se reconnaître dans son histoire et d’accéder également à cette libération.

Malgré les thèmes tragiques abordés dans ce livre (alcoolisme mondain, homosexualité refoulée, inceste, suicide, secrets de famille…), Constance Larsen ne tombe à aucun moment dans le pathos et nous livre, avec justesse et délicatesse, des confidences des plus touchantes.

L’auteur : Constance LARSEN est aujourd’hui et depuis 4 ans, alcoolique abstinente. Elle vit à Crest, dans la Drôme. Avocate de profession et cavalière chevronnée, elle signe avec Le Livre à écrire son premier roman.

Les avis de quelques lecteurs :

« Écriture remarquable, on le dévore ! »
« Un livre courageux qui se lit d’une traite. »
« Un vrai roman psychologique qui mériterait un prix littéraire. »


Infos pratiques :

Le livre à écrire, Constance Larsen. Roman.
Sélection Coup de cœur PubliBook
196 pages – 19 € – Éditions Publibook.